ZOUTMAN répond à la demande croissante de sel de mer - Important développement du site de Roulers

posté le 02.04.2015

Le sel de mer prend de plus en plus de place dans la fabrication de produits alimentaires. Cela n’a rien de surprenant. Tout d’abord, le sel de mer est bien plus écologique que le sel de cuisine classique. D’autre part, les différentes tailles des grains de sel de mer permettent d’innover. Pour répondre à la demande mondiale croissante de sel de mer de qualité, ZOUTMAN investit dans de nouvelles installations de production à Roulers. Outre la rénovation des installations de raffinage, l’investissement porte également sur deux installations de tri optique et seize silos de stockage.

Le sel de cuisine classique (sel vacuum) est extrait des couches de sel souterraines. On les exploite par des forages, suivis de l’injection d’eau bouillante. La solution saline ainsi obtenue (saumure) est remontée à la surface, après quoi un processus de chauffage permet aux grains de sel fin de cristalliser. Bert Lamote, directeur commercial de ZOUTMAN : “C’est en soi un procédé déjà très énergivore. La saumure subit également un traitement chimique pour éliminer les minéraux indésirables et se transformer en sel extrêmement blanc. Ce sel vacuum est principalement utilisé dans l’industrie chimique. Considérant cela, ainsi que les dommages fondamentaux que l’extraction du sel provoque dans les couches souterraines, l’on peut dire que le sel vacuum n’est pas un produit écologique. L’empreinte écologique du sel de mer est bien moins importante. Ce sel est obtenu par évaporation naturelle d’eau de mer dans des marais salants. L’action combinée du soleil et du vent forme une croûte de sel récoltée mécaniquement. Le sel de mer provient en outre d’une source renouvelable et inépuisable. Les seuls traitements nécessaires pour en faire du sel de cuisine sont le lavage, le séchage et le tamisage. Des étapes beaucoup moins énergivores que l’extraction et le traitement de sel vacuum.”

Encore plus d’avantages

La durabilité étant au cœur des préoccupations des producteurs comme des consommateurs, le sel de mer est de plus en plus souvent utilisé prioritairement dans les produits alimentaires. Mais il y a d’autres raisons pour lesquelles le secteur s’intéresse à cet ingrédient. Bert Lamote : “De par sa nature, le sel de mer est disponible en différentes tailles de grains. Cette caractéristique permet de développer des produits innovants comme des biscuits salés, du pain, des produits laitiers, des mélanges d’épices... Par ailleurs, la structure cristalline du sel de mer étant plus irrégulière, l’enveloppe des grains est donc plus rugueuse. Leur goût est par conséquent différent et plus intense, ce qui permet d’utiliser moins de sel. Un autre avantage est que le sel de mer, contrairement au sel vacuum, contient un certain nombre de minéraux et d’oligo-éléments qui lui donnent une saveur plus subtile, plus légère, plus douce, plus nuancée. Enfin, le sel de mer est disponible sans additifs et peut donc être utilisé, entre autres, dans l’alimentation bio. En résumé : le sel de mer comporte de nombreux avantages dont l’industrie alimentaire peut tirer profit, qu’il s’agisse du marketing ou du développement de produit.”

Une qualité supérieure

De plus en plus de producteurs de denrées alimentaires reconnaissent les avantages du sel de mer et adoptent cet ingrédient. “Une étape logique,” dit Bert Lamote “parce que, tant du point de vue produit que de ses possibilités d’utilisation, le sel vacuum  est facilement remplaçable par du sel de mer de qualité.” Pour pouvoir répondre à la demande croissante de l’industrie alimentaire, ZOUTMAN a récemment décidé de développer son site de production de Roulers (principalement dédié au sel alimentaire et au sel pour le traitement d’eau). La société investit dans une toute nouvelle installation de concassage et de criblage. Pour augmenter la qualité, une étape supplémentaire est introduite dans le processus de production : le nettoyage par tri optique (‘Optical Cleaning’). “Le sel de mer contient un peu plus d’impuretés naturelles (comme des grains de sable ou fragments de coquillage) que le sel vacuum, simplement parce qu’il est obtenu à partir d’eau de mer”, explique Bert Lamote. “Cela peut être une caractéristique un peu moins positive pour certaines applications, mais avec les techniques actuelles, on peut atteindre un très haut niveau de pureté. C’est la raison pour laquelle nous utilisons des installations de tri optique (‘Optical Cleaning’) qui ‘scanne’ le sel et en élimine les impuretés à l’air comprimé. Nous pouvons dès lors offrir un sel d’une pureté équivalente à celle du sel vacuum, avec tous les avantages du sel de mer.”

Des livraisons plus flexibles et plus rapides

Par ailleurs, ZOUTMAN veut également garantir une livraison encore plus flexible et plus rapide des différentes granulométries. La société a par conséquent investi dans seize silos construits par SPIROMATIC. Bert Lamote : “Chaque fois que nous produisons un lot de sel de mer, nous obtenons diverses quantités de différentes granulométries. Précédemment, elles étaient stockées temporairement puis emballées. Ce n’était pas la manière la plus efficace de procéder. Les quantités étaient souvent insuffisantes pour utiliser la pleine capacité de nos machines d’emballage. En outre, nos possibilités de stockage étaient limitées, avec pour conséquence que nous ne pouvions pas toujours répondre assez rapidement à la demande d’une taille de grain particulière. Grâce aux silos, ces problèmes appartiennent désormais au passé. Ces investissements nous permettent de produire plus efficacement, de maintenir des prix compétitifs, d’offrir une qualité encore meilleure, et de livrer plus vite et de manière plus flexible. Un projet dont tant nos clients que nous-mêmes sont les bénéficiaires !”

Partager sur Facebook ou Twitter

Retour vers le sommaire