Zoutman Saltipedia

    Le 100 % sel marin en entreprise agroalimentaire : quels avantages ?

    posté le par Zoutman
    • 100 % sel marin
    • 100 % sel marin

     

    Parmi les différentes variétés de sel, le sel marin est depuis longtemps un rehausseur de goût privilégié. Les consommateurs associent spontanément les produits assaisonnés au sel de mer comme étant plus authentiques, plus écologiques et de meilleure qualité. Nombreuses sont pourtant les entreprises agroalimentaires qui continuent d’opter pour le sel vacuum ou le sel gemme, deux variétés historiquement plus disponibles. Or, grâce à quelques acteurs innovants, il n’a jamais été aussi facile de se procurer du sel de mer. Les entreprises agroalimentaires qui passent à 100 % au sel marin n’y trouveront donc que des avantages.

    Utilisation exclusive du sel marin : trois avantages

    Pour les entreprises agroalimentaires, l’utilisation exclusive du sel marin est source d’une plus grande efficacité. Nous distinguons trois avantages concrets.

    1. Simplification de la gestion des achats et des stocks

    Nombre d’entreprises agroalimentaires achètent du sel vacuum pour leurs produits réguliers, alors qu’elles utilisent du sel marin pour leur gamme bio. Elles sont ainsi obligées de gérer des stocks pour deux matières premières, souvent achetées auprès de fournisseurs différents. Mais ce que beaucoup ignorent, c’est que le sel vacuum est parfaitement remplaçable par du sel marin haut de gamme. Inutile, donc, de modifier les recettes et les listes d’ingrédients en cas de passage au 100 % sel marin.

    2. Simplification du processus de production

    Le coût de l’assaisonnement au sel est souvent disproportionné par rapport au coût de la matière première. Et c’est d’autant plus vrai si vous utilisez différentes variétés de sel. L’utilisation exclusive du sel marin vous permettra d’optimiser vos flux de production de plusieurs façons. Le sel de mer approvisionnera automatiquement toutes les lignes de production, qu’elles soient régulières ou biologiques.

    Certaines entreprises vont plus loin encore en utilisant le même sel pour leurs produits alimentaires et leurs adoucisseurs d’eau.

    Étude de cas Aigremont

    Le producteur de margarines et de matières grasses Aigremont utilisait jadis du sel en sacs pour ses margarines. Ce procédé ne requérant qu’une petite quantité de sel, le dosage automatique du sel n’était pas envisageable. Aussi le coût de l’assaisonnement était-il disproportionné par rapport au prix de la matière première. La seule façon d’automatiser le processus était d’utiliser de la saumure de sel. Sur les conseils de ZOUTMAN, Aigremont n’a pas non plus tardé à utiliser de la saumure à base de sel marin pour ses adoucisseurs d’eau. L’approvisionnement, qui se fait d’ailleurs par la même canalisation, est entièrement automatisé, afin qu’Aigremont n’ait plus à s’inquiéter du remplissage. Grâce à ce processus zéro déchet, la gestion des palettes appartient au passé et l’entreprise économise de nombreuses heures de travail.

    3. Plus-value pour le client

    Le sel marin se distingue non seulement par son goût, il répond aussi aux préoccupations environnementales des consommateurs. Ceux-ci privilégient toujours plus les produits « propres ». Or, c’est précisément le grand atout du sel de mer. Le sel marin est, effet, extrait de manière écologique : il suffit d’un peu de soleil, d’eau de mer et de vent, et le tour est joué !

    Harvesting-sea-salt

    Les grands malentendus sur le sel marin

    De nos jours, le sel marin fait malheureusement l’objet de quelques malentendus tenaces. Ces malentendus expliquent pourquoi les producteurs de denrées alimentaires hésitent à l’adopter, malgré ses indéniables avantages.

    1. « Le sel marin est moins pur que le sel vacuum. »

    Pas forcément. Il est vrai que le sel de mer contient naturellement un peu plus d’impuretés (grains de sable, fragments de coquilles…) que le sel vacuum, qui subit une épuration chimique. Mais les techniques de raffinage actuelles parviennent à éliminer pratiquement toutes ces particules. Certains producteurs, tels que ZOUTMAN, vont plus loin que d’autres en investissant dans des machines de pointe. Le « nettoyage optique », par exemple, est une technique consistant à inspecter les grains de sel par des caméras pour y détecter les impuretés, qui sont ensuite éliminées selon un procédé pneumatique. ZOUTMAN obtient ainsi un sel marin de pureté comparable au sel vacuum.

    2. « Le sel marin est plus cher que le sel vacuum. »

    Pas forcément. Comme pour le sel vacuum, le prix du sel marin dépend de facteurs externes, et notamment des températures hivernales. Lors d’un rude hiver, on sale bien plus souvent les routes. Résultat : les réserves s’épuisent et les tarifs grimpent en flèche. Ceci dit, le prix de vente du sel marin est surtout déterminé par les frais logistiques.

    Les entreprises agroalimentaires commandent souvent le sel marin en petites quantités (parce qu’elles l’utilisent uniquement pour leurs produits biologiques, par exemple). Dans ce cas, les frais logistiques sont aussi plus élevés. Alors que l’achat de grandes quantités de sel marin permettrait de l’obtenir à un prix comparable à celui du sel vacuum, ou bien à un léger surcoût, négligeable dans le coût total de production.

    3. « Nous devons modifier notre liste d’ingrédients. »

    Faux. Vous n’êtes pas obligé d’indiquer l’origine naturelle du sel sur l’étiquette du produit. Vous pouvez donc très bien mentionner « sel » ou « sel alimentaire ». Même si le département marketing voudra sûrement mettre l’accent sur les avantages du sel marin !

    Convaincu(e) des avantages du sel marin ? N’hésitez pas à nous contacter ou à nous demander un devis sans engagement !

    Cet article a été publié dans Sel alimentaire avec les mots clés suivants: ,,,,,