Les microplastiques et le sel : s’attaquer à la source du problème

    posté le par Zoutman
    • sel pêche
    • plastique dans la mer

    Des études, des articles et des reportages se font l’écho de la problématique des microplastiques avec la régularité d’un métronome. Il s’agit des minuscules restes de plastique qui finissent dans notre alimentation via les poissons, les crustacés, le sel mais aussi l’eau en bouteille et le sucre. De nombreux produits alimentaires ont déjà été examinés à plusieurs reprises avec, invariablement, le même résultat, à savoir la présence de petites particules microscopiques de plastique. Bien qu’il n’y ait pas encore de consensus sur les conséquences sur le corps humain, il est clair que le problème doit faire l’objet d’une approche globale et à la source.

    Quelles sont la nature et la genèse de ces microplastiques ?

    L’origine des microplastiques est le plastique libéré dans l’environnement mondial. Soulignons que la présence des microplastiques a été avérée à la fois dans l’eau, dans le sol et dans l’air. Selon les estimations de la Commission européenne, 5 à 13 millions de tonnes de fibres plastiques et de caoutchouc se dégradent chaque année en particules microscopiques. La cause n’est pas seulement un mauvais recyclage des plastiques, mais aussi les « microbilles » et les fibres synthétiques utilisées dans certains produits d’hygiène comme le dentifrice et le shampooing, ou intégrées dans des textiles.

    Des microplastiques dans les denrées alimentaires…

    Des microplastiques ont été détectés dans une large gamme de denrées alimentaires d’origine maritime tels que le poisson, les crustacés et le sel marin. Mais ce n’est pas tout ! Des microplastiques ont également été trouvés dans des sels provenant d’autres sources, dans le sucre, le miel, la bière, l’eau souterraine et l’eau du robinet. Et récemment, les médias américains ont également rapporté que des microplastiques ont été trouvés même dans l’eau en bouteille (bouteilles en plastique et en verre) de marques bien connues.

    Il est important de savoir que le mode de production des aliments et la nature des conditionnements utilisés exercent également un impact.

    Répercussions sur la santé

    Les experts ne s’entendent pas encore sur les conséquences possibles sur notre santé. Les données disponibles aujourd’hui sont trop éparses pour démontrer la nocivité des microplastiques. D’autres recherches sur les conséquences concrètes pour le corps humain restent à réaliser. De même, les autorités n’ont pas encore défini de limites légales pour les microplastiques dans les denrées alimentaires.

    Devrions-nous nous en inquiéter ? Lorsque nous examinons spécifiquement le sel, notre apport quotidien moyen est de 6 à 8 grammes. Les trois quarts de cette quantité totale sont déjà incorporés dans notre alimentation. La consommation directe de sel saupoudré sur les aliments est limitée à une moyenne de 2 grammes par jour. Si l’on considère la quantité de microplastiques présents dans le sel, il s’agit d’un maximum de 17 particules par an pour l’apport direct. À titre de comparaison : 1 litre d’eau embouteillée contient en moyenne 325 particules. Boire 1 litre par jour équivaut donc à une consommation potentielle de 118 000 particules par an.

    Mesures à l’échelle macroscopique et chez Zoutman

    Un certain nombre de pays ont déjà pris des mesures prudentes en vue d’une interdiction générale de l’utilisation de microbilles dans les cosmétiques. L’Union européenne a également élaboré une stratégie visant à garantir que tous les emballages en plastique soient recyclables d’ici 2030. Et dans notre propre pays, les autorités envisagent une consigne sur les bouteilles en plastique.

    Bien sûr, ZOUTMAN ne ménage pas ses efforts afin d’éviter les microplastiques. Dans un premier temps, le sel marin brut est extrait dans des zones protégées, loin des activités industrielles ou polluantes. Après la récolte, le sel est lavé plusieurs fois. Pendant la production, les petites particules microscopiques de poussière de sel et tous les microplastiques présents sont éliminés autant que possible. Enfin, nous contribuons à restreindre l’utilisation des plastiques à l’avenir en utilisant des conditionnements innovants.

    Cet article a été publié dans Sel avec les mots clés suivants: